Vaccin


Retour à la page "Coronavirus"​

Situation au 03.05.21

Dans le Canton de Neuchâtel, la vaccination est ouverte à toutes les personnes dès 16 ans.

Si vous avez déjà eu la Covid-19, il est recommandé de vous faire vacciner 6 mois après votre maladie, avec une seule dose.

Exceptions :

  • vous êtes une personne vulnérable: vous devez alors être vacciné dès le 3e mois après la maladie, également avec une seule dose.

  • vous êtes une personne immunosupprimée: vous devez être vacciné dès le 3e mois après la maladie, mais avec deux doses, à quatre semaines d'intervalle.

Si vous souffrez d'allergies, merci de vous référer à votre médecin traitant.

Pour prendre un rendez-vous dans l'un des centres cantonaux, deux informations sont nécessaires: votre numéro AVS et votre date de naissance.

S'INSCRIRE

Si vous êtes âgés de 16 et 17 ans, merci de vous inscrire par téléphone au 032 889 21 21.

Pour toute question sur la vaccination, écrivez à vaccination@ne.ch.

  

Lieux de vaccination


Lien vers la carte SITN

  • Trois centres cantonaux de vaccination destinés à la population de tout le canton existent :


    Centre cantonal de l'Esplanade de La Maladière, Neuchâtel :

    Accès pour les personnes à mobilité réduite : des places de parc sont réservées sur l'Esplanade, à côté de l'entrée du centre (suivre la signalétique).

    Des chaises roulantes sont à disposition.
    Télécharger le plan d'accès


    Centre cantonal de Polyexpo à La Chaux-de-Fonds : 

    Accès pour les personnes à mobilité réduite : des places de parc sont réservées devant Polyexpo, à côté de l'entrée du centre (suivre la signalétique).

    Des chaises roulantes sont à disposition.

    Télécharger le plan d'accès



    Centre cantonal de Mycorama, Cernier : (PAS EN FONCTION ACTUELLEMENT)

    Accès pour les personnes à mobilité réduite : des places de parc « dépose-minute » sont réservées, au sud-ouest du bâtiment d'Evologia.

    Des chaises roulantes sont à disposition. En cas de besoin depuis le dépose-minute, nous vous prions d'effectuer votre demande avant votre arrivée à l'accueil du Centre Mycorama au 032 889 21 51 et nous viendrons vous y accueillir. 

    Navette gratuite, toutes les 15 minutes, entre Cernier centre et le Mycorama (accessible aux personnes en fauteuil roulant).

    La liaison est ouverte 15 minutes avant l'ouverture du centre.

    ​Départ Cernier
    (à côté de la gare routière)
    00 ¦ 15 ¦ 30 ¦ 45

    ​Départ Mycorama
    (arrêt Evologia)
    aux 35 ¦ 50 ¦ 05 ¦ 20 

    Télécharger le plan d'accès

  • Les pharmacies et cabinets médicaux sont listés dans le document suivant: Liste

Questions fréquentes

 

  • Si vous êtes pleinement vacciné avec un vaccin à ARNm autorisé, vous êtes libéré de certaines mesures. Vous être considéré comme pleinement vacciné si :

    1. Vous avez reçu les deux doses de vaccin

    2. Vous avez déjà eu une infection confirmée (PCR, test antigénique ou test sérologique) par le Covid-19 et avez par la suite reçu une dose de vaccin. 

    Les exceptions suivantes sont prévues pour les personnes pleinement vaccinées :
    • Exemption de la quarantaine-contact : vous êtes exempté de quarantaine après un contact étroit avec une personne testée positive. Cette exception n'est pour l'instant valable que dans les six mois suivant la vaccination car il n'existe actuellement pas de données scientifiques sur la persistance de la protection au-delà de cette durée.

    • Exemption de la quarantaine-voyage : vous êtes exempté de quarantaine après un retour de voyage d'un pays à risque. Vous ne devez ni remplir le formulaire d'entrée, ni montrer un résultat de dépistage négatif ou vous mettre en quarantaine. Remarque : ces exemptions ne s'appliquent pas si vous arrivez d'un État qui figure sur la liste de l'OFSP des États présentant un risque en raison d'un variant préoccupant du virus qui y circule.

    • Allègement pour les rencontres privées : vous pouvez renoncer à garder vos distances et à porter un masque lorsque vous rencontrez en privé d'autres personnes pleinement vaccinées.

    Ces exceptions sont possibles car les données actuelles montrent que les personnes pleinement vaccinées transmettent peu le virus. Néanmoins, la vaccination n'empêche pas à 100 % une contamination.

    Il reste donc important de respecter les règles d'hygiène et de conduite afin d'endiguer la propagation du coronavirus. En outre, les personnes vaccinées demeurent soumises à toutes les règles et interdictions, comme l'obligation de porter un masque et la limitation du nombre de personnes pour les rencontres privées. Il est par ailleurs impératif de se faire tester en cas de symptômes. Vous trouverez plus d'informations à ce sujet sur la page Tests.


  • Grâce à la vaccination, le corps développe des anticorps et des globules blancs « mémoires ». Lors d’une infection par le virus, le corps va ainsi le combattre et fortement réduire le risque de devenir malade.

    Le nouveau coronavirus est très contagieux. Même si la majorité des personnes infectées ne développent que des symptômes légers, voire aucun symptôme, une partie d’entre elles développent des formes graves de la maladie, en particulier les personnes vulnérables.

    La vaccination protège donc contre la maladie et ses conséquences graves. Il n’existe pas de protection totale (95% d’efficacité pour les vaccins Pfizer/BioNTech et Moderna, autorisés en Suisse). Certaines personnes pourront donc tomber malades malgré la vaccination. Mais cette dernière augmente massivement leurs chances de ne pas connaître d’évolution sévère de la maladie.

    À ce jour, il sembe que la transmission du coronavirus est nettement diminuée par la vaccination. Les règles d'hygiène et les gestes barrières demeurent cependant des mesures essentielles pour se protéger et protéger les autres du coronavirus.

  • Non. En Suisse, la vaccination est une démarche volontaire. Aucune obligation n'est donc prévue pour le vaccin contre la Covid-19.
  • À ce jour, la Confédération a autorisé trois vaccins (Pfizer/BioNTech, Moderna et Johnson&Johnson). ppour l'instant, seuls les vaccins de Pfizer/BioNTech et de Moderna sont utilisés en Suisse. D’autres vaccins sont prévus à moyen terme.
  • En Suisse, tout vaccin doit être autorisé et s’accompagner d’une recommandation. Il doit en plus satisfaire à des critères élevés de sécurité, d’efficacité et de qualité. L’Institut suisse des produits thérapeutiques Swissmedic a soumis les vaccins contre la Covid-19 à des études très précises avant de les autoriser.

    Les vaccins autorisés et utilisés à ce jour en Suisse sont ceux produits par Pfizer/BioNTech et Moderna. Ces vaccins à ARN messager (ARNm) sont équivalents en termes d’efficacité (95%) et de sécurité. Lors d’essais cliniques, ils ont été administrés à plusieurs dizaines de milliers de personnes. Depuis qu’ils ont été autorisés officiellement, ces vaccins ont été administrés à plusieurs millions de personnes. À ce jour, aucune particularité relative à des effets secondaires sévères n’a été constatée, que ce soit lors des essais ou dans les programmes de vaccination. Les spécialistes continuent de surveiller de manière très étroite la sécurité et l’efficacité de ces vaccins.

    De manière générale, le risque d’effets secondaires sévères résultant de la vaccination est bien plus faible que celui d’une évolution grave due à une infection au coronavirus.

  • Actuellement, il n'est pas possible de choisir parmi les deux vaccins autorisés en Suisse (Pfizer/BioNTech et Moderna). Ces deux vaccins à ARN messager (ARNm) sont équivalents en termes d'efficacité et de sécurité. Ils sont donc administrés aux mêmes groupes cibles (sauf exceptions médicales).

  • La vaccination nécessite deux injections à 4-6 semaines d’intervalle. La protection contre la Covid-19 est atteinte après la seconde injection. À ce jour, on ne sait pas encore quelle est la durée exacte de la protection vaccinale, mais elle dure en tout cas plus de 6 mois.
  • La vaccination contre la Covid-19 n’est pas recommandée aux :

    • personnes ayant réagi avec une réaction allergique sévère (choc anaphylactique ou œdème respiratoire de Quincke) à un vaccin dans le passé.
    • personnes ayant une allergie connue et sévère à l'un des composants des vaccins (polyéthylène glycol/PEG, macrogol,  et trométhamine)
    • femmes enceintes durant le premier trimestre de grossesse : les données disponibles sur la vaccination pendant la grossesse sont encore insuffisantes. La vaccination généralisée des femmes enceintes n'est pas recommandée pour le moment. A  partir  du  2ème trimestre, la vaccination  est  recommandée pour  les  femmes  enceintes  atteintes de l'une des maladies chroniques définies pour les personnes vulnérables et celles présentant un risque accru d'exposition au COVID-19 (par exemple le personnel de santé). En outre, toutes les femmes enceintes ont la possibilité d'être vaccinées, moyennant une analyse minutieuse des bénéfices et des risques, un entretien médical d'information au préalable (par le gynécologue responsable ou le médecin de famille) et le consentement écrit de la patiente (y c. certificat médical).
    • enfants et adolescents (pas en-dessous de 16 ans si vaccin Pfizer/BioNTech et pas en-dessous de 18 ans si vaccin Moderna): les données disponibles sur la vaccination sont encore insuffisantes pour cette tranche d’âge.


    Si vous avez une forte fièvre, vous êtes malade ou vous ne vous sentez pas bien, il est nécessaire de reporter la vaccination et de vous faire tester. Un report est également nécessaire si vous attendez le résultat d’un test Covid-19 ou si vous vous trouvez en isolement ou en quarantaine.

  • Toute vaccination peut provoquer des effets secondaires. Ils montrent que le corps active son système immunitaire et développe une protection. Sous une forme légère, c'est donc un bon signe.

    Le plus souvent, les effets secondaires sont légers et disparaissent après 1 à 3 jours. Le jour ou le lendemain de la vaccination, les effets  suivants ont été observés :

    • douleur, rougeur ou léger gonflement à l'endroit de l'injection
    • fatigue, maux de tête, douleurs musculaires ou articulaires, frissons ou fièvre.

    Contactez votre médecin traitant si vous êtes inquiet.

    Le seul effet secondaire grave connu est celui d'une réaction allergique à l'un des composants du vaccin (polyéthylène glycol/PEG, macrogol, trométhamine), qui survient immédiatement après l'injection. Elle se manifeste par un gonflement, des démangeaisons ou des difficultés respiratoires. On sait heureusement traiter ces symptômes allergiques. 

  • La vaccination est gratuite pour la population. Les coûts de la vaccination sont couverts par l’assurance obligatoire des soins. La Confédération et les cantons assument le reste.
  • ​Il s'agit d'une injection intramusculaire, de 2 doses, qui sont administrées à 4-6 semaines d'intervalle. Une seule dose est suffisante pour les personnes ayant des antécédents de Covid confirmé par test de laboratoire (test PCR, test antigénique rapide ou sérologie).

  • La durée de parcours dans un centre cantonal de vaccination s'élève à 45 minutes au maximum. La vaccination comprend quatre étapes : accueil avec questionnaire médical, injection du vaccin par un-e infirmier-ère, repos sous surveillance médicale et remise du certificat de vaccination (et prise de rendez-vous pour seconde injection).

    Il est demandé instamment de vous présenter à l'accueil exactement à l'heure de votre convocation, et non trop en avance pour des raisons de protection sanitaire.

  • Pour des raisons de protection sanitaire, il n’est pas possible de vous faire accompagner à l’intérieur du centre de vaccination, sauf si vous êtes une personne à mobilité réduite ou avec un handicap. Un seul accompagnant est alors possible. Des chaises roulantes sont à disposition à l’entrée du centre.

    Les animaux de compagnie ne sont pas acceptés, sauf les animaux d’assistance.

  • Lors de votre seconde injection, il est nécessaire de vous munir de la convocation reçue à l’issue de la première injection.

    Si vous souffrez d'allergies ou en cas de situations médicales particulières, nous vous remercions d'apporter les documents nécessaires (ex: passeport d'allergie).

    Si vous êtes enceinte, une attestation de votre gynécologue ou de votre médecin traitant est indispensable.

  • Vous recevez une attestation de vaccination en version imprimée après chacune des deux injections. Ce document contient le lieu et la date de la vaccination ainsi que des informations sur le vaccin administré (nom commercial, fabricant et numéro de lot).

    Cette attestation n’est pas un document officiel car il n’existe pas de base légale pour un tel document en Suisse. La Confédération étudie donc la possibilité de mettre en place un certificat Covid uniforme sur le plan suisse, infalsifiable et compatible sur le plan international pour les personnes vaccinées, mais aussi pour celles qui en sont guéries ou qui disposent d’un résultat de dépistage négatif. D’ici à l’entrée en vigueur du certificat Covid, les attestations de vaccination qui vous sont remises après chacune des injections sont toujours valables en Suisse.


  •  Aucune donnée de vaccination Covid n’a été transmise par le Canton de Neuchâtel sur le module myCOVIDvac. En raison de la découverte de failles de sécurité, la plateforme en ligne (www.mesvaccins.ch) a dû être désactivée.

  • ​Oui. On ne sait pas encore si la vaccination empêche d’être totalement contagieux. L’hygiène des mains, le port du masque et la distance sociale doivent donc être respectés, également après votre vaccination.

  • Lorsque les doses de vaccins seront livrées en suffisance au Canton de Neuchâtel, le centre de Polyexpo à La Chaux-de-Fonds et celui de l’Esplanade de La Maladière à Neuchâtel permettront la vaccination de 960 personnes par jour. Celui de Mycorama à Cernier est prévu pour vacciner 480 personnes par jour.

    À ce dispositif cantonal de vaccination s’ajoutent les équipes mobiles et, à terme, les pharmacies et les cabinets médicaux neuchâtelois volontaires.

  • Oui. Il est recommandé de vous faire vacciner même si vous avez déjé eu la Covid-19 (infection confirmée par test PCR, test antigénique rapide ou test sérologique). 

    Les données les plus récentes indiquent une immunisation de 6 mois au minimum avant un nouveau risque d’infection. Il est donc recommandé de vous faire vacciner 6 mois après votre maladie, avec une seule dose. Il est possible de renoncer à la deuxième dose.

    Exceptions :

    • Les personnes vulnérables doivent être vaccinées 3 mois après la maladie, également avec une seule dose.
    • Les personnes vulnérables ayant un système immunitaire affaibli doivent être vaccinées 3 mois après la maladie. Deux doses de vaccin leur sont administrées, à quatre semaines d'intervalle. 
    • Si la Covid a eu lieu après la 1ère dose, une seconde dose est nécessaire après 3 mois pour les personnes vulnérables et après 6 mois pour toutes les autres personnes.


    Si vous avez des hésitations, adressez-vous dans tous les cas à votre médecin traitant qui pourra vous renseigner.

  • ​Nous vous conseillons de maintenir le rendez-vous déjà pris. Il n’y a pas de risque si vous êtes vacciné entre 3 et 6 mois après avoir eu le coronavirus.

  • ​Oui, une seconde dose est nécessaire : après 3 mois pour les personnes vulnérables et après 6 mois pour les personnes non vulnérables. 


  

historique

 
  • La vaccination contre la Covid-19 a commencé le 28 décembre 2020 dans le Canton de Neuchâtel. Elle concerne en premier lieu les groupes cibles prioritaires établis par la Confédération, puis va s'étendre progressivement à l'ensemble de la population.

    Le dispositif cantonal neuchâtelois comprendra, à terme :

    Trois centres cantonaux de vaccination destinés à la population de tout le canton :

      • Centre cantonal de Mycorama, Cernier : ouvert le 28 décembre 2020 (pas en fonction actuellement)

      • Centre cantonal de l'Esplanade de La Maladière, Neuchâtel : ouvert le 3 février 2021

      • Centre cantonal de Polyexpo, La Chaux-de-Fonds : ouvert le 24 février 2021.

    • Des équipes mobiles de vaccination, chargées de réaliser les vaccinations dans les établissements médico-sociaux (EMS) et dans les institutions où des flambées pourraient rapidement apparaître.

    • Les cabinets médicaux et pharmacies : la vaccination a débuté le 24 mars dans le Val-de-Travers. Elle s'étendra dès le 26 mai aux cabinets et pharmacies du canton qui le souhaitent.