Journées européennes du patrimoine

"Sans frontières", bilan 2018

Malgré quelques turbulences météorologiques, la 25e édition des Journées européennes du patrimoine a connu un joli succès dans le canton de Neuchâtel, avec plus de 2'175 visiteurs.

Les travaux des 274 écoliers ayant participé au projet « Apprivoiser et partager le patrimoine » ont apporté un regard empreint de fraîcheur et une (im)pertinence bienvenue dans leur façon d'interroger l'histoire des châteaux de Colombier et de Valangin, des hôtels de ville du Locle, de La Chaux-de-Fonds, du Landeron et de Neuchâtel, ainsi que de l'hôtel des Six-Communes à Môtiers.

Au Musée international de l'horlogerie de La Chaux-de-Fonds et à la Cité universitaire, les visiteurs ont tenté d'appréhender une catégorie de bâtiments qui est en passe de s'inscrire dans le patrimoine, mais qui pose d'importants défis de reconversion et de conservation.

Rappelons encore la forte implication des institutions et associations culturelles dont les visites ont contribué à la richesse du programme : les Lundis des mots, les collections d'art urbain, le Centre Dürrenmatt et le Musée d'art et d'histoire à Neuchâtel, le Musée des beaux-arts à La Chaux-de-Fonds, le Laténium à Hauterive, les parcs naturels régionaux du Doubs et de Chasseral. Enfin à Bevaix, Les Biviades ont permis aux visiteurs de se familiariser avec les gestes des artisans locaux.

Mais l'édition 2018 n'est pas finie …

Et n'oubliez pas que les Journées européennes du patrimoine se poursuivent encore en Suisse alémanique les 23 et 24 septembre !

Le_Landeron.JPGecole_18.jpg

Rappel du programme 2018

Quel patrimoine pour demain ?

Souhaitant profiter de l'Année du patrimoine culturel pour renouveler son approche, l'Office cantonal du patrimoine et de l'archéologie propose cette année deux volets assez différents : les résultats d'un projet de médiation culturelle auprès des écoles (Apprivoiser et partager le patrimoine) et une réflexion sur la dimension patrimoniale de l'architecture des années 1960 et 1970. Aussi différentes soient-elles, ces deux approches offrent des pistes de réponse à une question commune : quel patrimoine pour nos enfants ?

Apprivoiser et partager le patrimoine

Souvent nous passons devant une construction – un musée, une église, une maison de maître, une tour d'habitation, une usine – sans guère lui  prêter attention, alors qu'elle pourrait nous parler du passé, mais aussi du présent et de l'avenir.

Ce sont ces bribes d'histoire que 274 jeunes Neuchâtelois se sont attelés à décrypter au fil de l'année scolaire, se familiarisant petit à petit avec un château, un bourg, un hôtel de ville ou une cité toute entière, dans l'idée de partager leur vision du patrimoine avec un large public (programme et bilan).

L'architecture des Trente Glorieuses, un patrimoine en devenir ?

Les réalisations d'après-guerre nous racontent une période d'euphorie économique et d'effervescence architecturale, mais cet héritage de béton, métal et verre est-il fait pour durer ? Par quel processus, l'avant-garde des Trente Glorieuses acquiert-elle aujourd'hui une valeur patrimoniale ? Avec quels moyens techniques et déontologiques aborder cette génération de constructions ?

Les visites thématiques du Musée international d'horlogerie de La Chaux-de-Fonds et de la Cité universitaire de Neuchâtel, ainsi qu'une table ronde permettront d'aborder ces questions.

Explorer des territoires nouveaux dans la région neuchâteloise

Le thème de l'édition 2018 incite les visiteurs à s'affranchir des limites qui les entourent, qu'elles soient géographiques, politiques, linguistiques, sociales, chronologiques ou culturelles. Il les encourage à explorer des mondes peu connus. Les guides des parcs naturels régionaux du Doubs et de Chasseral emmèneront ainsi le public à la découverte des interactions entre l'homme et la nature, alors que institutions culturelles neuchâteloises  entraîneront leurs visiteurs tant extra muros qu'au cœur de leurs collections: Musée des beaux-arts à La Chaux-de-fonds, Musée d'art et d'histoire, Art en ville et Centre Dürrenmatt à Neuchâtel. Enfin, les Lundis des mots chercheront l'écho de textes littéraires dans les caves de la vieille ville de Neuchâtel.

La manifestation joue les prolongations le 8 septembre, avec l'Association Les Biviades qui s'attachera aux gestes des artisans de Bevaix et le 16 septembre, avec le Laténium qui tentera de répondre aux questions que posent 500 siècles d'histoire !

En vous mêlant, le temps d'un week-end, aux élèves neuchâtelois, aux professionnels de la conservation ou à d'autres personnes s'engageant pour faire vivre notre région, vous pourrez tous contribuer à définir le patrimoine de demain !

flag_1.JPGCernia.jpgflag_2.JPG

Un rendez-vous annuel depuis plus de vingt ans

Depuis 1994, les Journées européennes du patrimoine constituent l’une des principales occasions de rencontre et de dialogue entre professionnels et amateurs de patrimoine.

Chaque année, durant le deuxième week-end de septembre, ces journées permettent de visiter des monuments et des sites historiques souvent fermés au public, de découvrir sous un angle nouveau des lieux connus de notre patrimoine et de se familiariser avec les différents métiers qui contribuent à la préservation des biens culturels.

Quels sont les sites ouverts au public dans le canton de Neuchâtel depuis 1994 ?