Comment connaître l'histoire d'un édifice ?

La compréhension de notre passé et de ses manifestations architecturales est formée d’une multitude d’enquêtes particulières conduites par des spécialistes issus notamment de l’archéologie et de l’histoire. Leurs contributions passent par :

  • la lecture des publications
  • le dépouillement des sources manuscrites
  • l’analyse des documents iconographiques
  • l’examen des éléments constitutifs d’un bâtiment
  • la fouille des vestiges enfouis
  • l’interprétation et la mise en perspective des données récoltées

 

Une bonne connaissance du patrimoine contribuant à sa préservation, la Section conservation du patrimoine se tient à la disposition des propriétaires et architectes pour les aider à mieux connaître l’histoire de leur bâtiment avant les travaux et répondre aux questions suscitées par les découvertes survenues en cours de chantier.

Si, de votre côté, vous désirez en savoir davantage sur un édifice, suivez les mêmes étapes que les professionnels du patrimoine. Pour ce faire, vous passerez du général au particulier et croiserez vos sources d’information, sans bien sûr négliger les détails.

En fonction du temps à votre disposition, vos recherches se borneront aux publications ou vous amèneront à vous plonger dans des fonds d’archives, voire à vous lancer dans une observation détaillée de l’architecture.

 

Les informations publiées

Sur Internet

  • recensement architectural du canton de Neuchâtel (RACN) ; seules les données administratives sont actuellement disponibles dans leur entier, les informations historiques et architecturales étant en cours de saisie.

Sur papier

 

 

Les recherches en archives

Avant de commencer …

s’enquérir auprès du maître de l’ouvrage ou des précédents propriétaires de l’existence de documents relatifs au bâtiment (actes notariés, plans, photographies, etc.)

 

Trouver des informations générales …

Explorer les fonds d’archives permet d’apporter les premières données ou d’étoffer les connaissances historiques sur un bâtiment, mais une telle démarche requiert du temps.

Plusieurs institutions mettent à disposition les documents produits par les services publics, ainsi que des fonds d’archives déposés par des privés (bureaux d’architectes, dépôt de familles, etc.) :

 

Si vous cherchez plus précisément des plans

 

Si ce sont les photographies et les représentations graphiques qui vous intéressent …
 
Pour en savoir plus …

 

L'observation de l'architecture

Que regarder au premier abord ?

Dans notre région, les bâtiments, en particulier ceux antérieurs à 1950, sont tous constitués des mêmes éléments, soit :

  • une ossature ou des murs porteurs généralement revêtus d'une couche de protection
  • une toiture assurant la mise hors d'eau et supportée le plus souvent par une charpente
  • un cloisonnement horizontal sous forme de planchers ou de dalles
  • un cloisonnement vertical sous forme de murs de refends ou de cloisons
  • des accès et passages sous forme de portes et escaliers; des apports de lumière sous forme de fenêtres

 En savoir plus sur les parties constitutives des bâtiments ...

 

De quel type d’édifice s’agit-il ?

Ces éléments très simples en apparence sont à l'origine d'une grande variété de constructions que l'on peut regrouper en grandes familles fonctionnelles.

 

Des bâtiments riches en informations

Sous l’apparente uniformité d’un crépi récent, un édifice ancien conserve souvent les traces de ses aménagements successifs. L'observation des matériaux utilisés et des détails structurels permet de caractériser plus finement un bâtiment, de reconstituer son évolution et de restituer le cadre de vie de ses occupants successifs.

Basée sur l’identification et la compréhension des cicatrices laissées par nos prédécesseurs sur les édifices, la méthode s’applique autant aux objets les plus anciens qu’aux constructions les plus récentes.

Quelques clés d'observation et de description ...

 

Les vestiges enfouis

Le sol conserve une infinité de vestiges - fondations, déchets, objets perdus ou enfouis, tombes, égouts et anciens chemins - souvent recouverts par de nouvelles constructions qui sombreront un jour à leur tour dans l'oubli.

L’exhumation, la documentation et l’étude de ces vestiges enfouis constituent une précieuse source pour reconstituer l’environnement matériel, en particulier bâti, de nos prédécesseurs.

Attention ! Toute fouille est soumise à autorisation du Conseil d’Etat et tout objet exhumé est propriété publique.

 

L’interprétation des données

Une fois les données matérielles, écrites et iconographiques récoltées, reste à les analyser et à les mettre en relation les unes avec les autres, de façon à cerner d’aussi près que possible ce que fut l’existence d’un édifice, d’un quartier ou d’une époque.

De cas en cas, il est utile de s’adjoindre la collaboration d’autres disciplines :  anthropologie, architecture, céramologie, conservation-restauration, dendrochronologie, géologie, histoire de l'art, numismatique, etc.