Maltraitance des mineurs

La maltraitance des mineurs est une question extrêmement délicate, difficile à reconnaître en raison du silence qui l'entoure et aux réticences psychologiques que chacun peut rencontrer pour identifier le problème.
La maltraitance se trouve souvent au cœur même de la famille, elle est donc d'autant plus difficile à détecter et à traiter puisque le parent maltraitant est également la source d'affection de l'enfant. Certains enfants n'hésitent pas à cacher toute trace de maltraitance dans le but de protéger le parent maltraitant. Et pourtant, elle existe …


Les conséquences de la maltraitance :

Conformément au Guide sur la prévention de la maltraitance de l'OMS, « (…) la nature et la gravité de la violence en soi et ses répercussions peuvent grandement varier. Dans les cas extrêmes, la maltraitance des enfants peut mener à la mort. Dans la majorité des situations de maltraitance, les blessures corporelles (maltraitance physique) ont des conséquences moins graves sur le bien-être des enfants que les conséquences psychologiques et psychiatriques, et les incidences à long terme sur le développement neurologique, cognitif, social, affectif et sur la santé en général".

Dans son Rapport mondial sur la violence et la santé de 2002, l'OMS a retenu 4 types de mauvais traitements infligés aux enfants par les personnes qui ont en la charge :



1.      Négligence

La négligence est une carence significative voire une absence de réponse aux besoins d'un enfant reconnus comme fondamentaux sur la base des connaissances scientifiques actuelles ou en l'absence de celles-ci (ou de consensus à propos de celle-ci), de valeurs sociales adoptées par la collectivité dont fait partie ce dernier. L'absence de réponse se définit davantage par une omission de gestes qui sont bénéfiques que par la présence de conduites parentales néfastes. Les besoins fondamentaux dont il est question sont d'ordre physique (alimentation, habillement, hygiène, logement, soins, etc.), éducatif (attitudes éducatives, stimulation, surveillance, encadrement, etc.) et psychologique (attention, affection, encouragement, etc.).


2.      Maltraitance physique

Il s'agit d'un usage intentionnel de la force physique qui entraîne – ou risque fortement d'entraîner – un préjudice réel pour la santé de l'enfant, sa survie, son développement ou sa dignité.

Cela comprend les actes qui consistent à frapper, battre, donner des coups de pieds, secouer, mordre, étrangler, infliger des brûlures de toutes sortes, empoisonner et faire suffoquer. Bien des actes de violence envers les enfants sont infligés à la maison dans le but de punir. L'exposition à de la violence conjugale ou domestique doit également être considérée comme une forme de violence, se situant au croisement entre violence physique et psychologique à l'égard des enfants.


3.      Maltraitance Psychologique

Dans le même Rapport mondial sur la violence et la santé de l'OMS précité, et plus précisément au chapitre relatif à la maltraitance des enfants, la violence psychologique est définie comme « le fait de ne pas veiller à offrir un environnement convenable et positif, et de commettre des actes qui nuisent à la santé et au développement affectif de l'enfant. Parmi les actes, citons le fait de limiter les mouvements d'un enfant, le dénigrement, le fait de ridiculiser, les menaces et l'intimidation, la discrimination, le rejet et d'autres formes non physiques de traitements hostiles. »

 

4.      Maltraitance sexuelle

Ce type de maltraitance consiste à faire participer un enfant à une activité sexuelle qu'il n'est pas pleinement en mesure de comprendre, à laquelle il ne peut consentir en connaissance de cause ou pour laquelle il n'est pas préparé du point de vue de son développement ou encore qui viole les lois ou les tabous sociaux de la société. Les enfants peuvent être à la fois victimes de violence sexuelle exercée par des adultes et par d'autres enfants qui – du fait de leur âge ou de leur développement – ont un lien de responsabilité, de confiance ou de pouvoir avec la victime.


 

La prévention de la maltraitance


La Suisse a adhéré à la Convention internationale des droits de l'enfant et s'est par conséquent obligée à appliquer son article 19 al. 1 qui prévoit notamment que :

"Les Etats parties prennent toutes les mesures législatives, administratives, sociales et éducatives appropriées pour protéger l'enfant contre toute forme de négligence, de mauvais traitement ou d'exploitation, y compris la violence sexuelle, pendant qu'il est sous la garde de ses parents ou de l'un d'eux, de son ou ses représentants légaux ou de toute autre personne à qui il serait confié."


Neuchâtel : Le Groupe de travail contre la maltraitance des mineurs (GTM)

La prévention et la prise en charge d'enfants victimes de maltraitance constituent les objectifs principaux du Groupe de travail contre la maltraitance des mineurs (GTM). Présidé par le SPAJ, ce groupe pluridisciplinaire permet de coordonner les diverses interventions entre chaque secteur afin d'assurer une prise en charge optimale de tout enfant victime de maltraitance. Il est composé notamment de représentant-e-s de :

 

OPE de La Chaux-de-Fonds et de Neuchâtel

OSAE

OPFE

Service de l'enseignement obligatoire (SEO)

CAPPES

Ministère public

Police judiciaire

Autorité de protection de l'enfant et de l'adulte (APEA)

Médecin cantonal

Réseau hospitalier neuchâtelois – service de pédiatrie

Association neuchâteloise d'infirmières et médecins scolaires (ANIMS)

CNPea

SAVI

Centre de santé sexuelle - Planning familial

ANDIP

  

Une brochure à l'attention de toute personne confrontée à une situation de maltraitance sur un enfant ou un-e jeune de 0 à 18 ans est publiée et régulièrement actualisée par le GTM.


contact

 

M. Luca Fumagalli
Chef de service adjoint
Fbg de l'Hôpital 34
2000 Neuchâtel
Tél. 032 889 82 09
Mail : luca.fumagalli@ne.ch