Plages

​​​​​​
   

État des plages dans le canton de Neuchâtel

Classe A : aucun risque pour la santé
Classe B : aucun risque pour la santé
Classe C : éventuel risque pour la santé
Classe D : risque pour la santé

État des plages - mai 2024

PlagesTableau1_2024.jpg

* : la qualité de l'eau peut se dégrader temporairement après un épisode de fortes pluies en raison du déversement d'eaux non épurées. Il est conseillé d'attendre 24 heures après la fin des pluies pour se baigner.

 
CartePlages1.jpg

 

Qualité de l'eau de baignade sur le canton de Neuchâtel

Les communes désignent les lieux de leur territoire qui sont considérés comme plages publiques. Elles en surveillent la salubrité tandis que le SCAV y contrôle la qualité de l'eau. Toutes les plages publiques du Littoral font l'objet d'analyses de mai à août.

L'évaluation de la qualité de l'eau de baignade selon quatre classes de qualité se base sur les résultats des analyses de routine portant sur les paramètres hygiéniques que sont E. coli et les entérocoques intestinaux. Les analyses se font selon les méthodes utilisées par les laboratoires cantonaux suisses. Les cas spéciaux tels que les pollutions à court terme, les situations anormales ou la prolifération de cyanobactéries exigent des traitements séparés. Les mesures visant à améliorer la qualité de l'eau, à protéger les baigneurs et à informer le public doivent garantir une hygiène appropriée dans les sites de baignade.

Dès lors que la Suisse effectue les analyses de la même manière que l'Union européenne, elle peut faire intégrer ses données relatives à la qualité de l'eaux de baignade dans les rapports européens, dans le cadre du compte rendu environnemental qu'elle remet à l'Agence européenne pour l'environnement (AEE). Parmi tous les sites de baignade analysés en Suisse, il convient de choisir des sites dits « AEE», lesquels présentent un intérêt international et sont à inclure dans les comptes rendus adressés à l'Agence européenne. Des prescriptions spécifiques s'appliquent à ces sites de baignade, notamment en ce qui concerne le calendrier des mesures (fréquence des relevés), la description des sites et l'évaluation de la qualité de l'eau de baignade. Dans le canton de Neuchâtel, pour ce type de site le nombre d'analyses est de quatre par année et de deux pour les sites non répertoriés. 

Les analyses microbiologiques se basent sur des mesures d'indicateurs de pollutions fécales. La mise en évidence de tels germes donne des indications sur le degré de contamination par les eaux usées. Plus la concentration de ces germes fécaux est élevée, plus le risque sanitaire est élevé. Les indicateurs les plus appropriés sont Escherichia coli (E. coli) et les entérocoques intestinaux, dont on mesure les concentrations. La présence d'E. coli signale une pollution survenue récemment. Les entérocoques, eux, sont plus résistants et permettent également de détecter des pollutions plus anciennes.

Escherichia coli

Escherichia coli est commun dans le gros intestin des animaux à sang chaud. La plupart des E. coli sont inoffensifs et font partie de la flore intestinale normale. E. coli peut être la cause de plusieurs infections intestinales et extra-intestinales comme des infections de l'appareil urinaire, des méningites, des mastites, des septicémies et des pneumonies. E. coli n'est pas toujours confiné à l'intestin, et sa capacité à survivre brièvement en dehors de l'organisme en fait un organisme indicateur parfait pour tester la contamination fécale d'échantillons prélevés dans l'environnement.

Entérocoques intestinaux

Les entérocoques intestinaux constituent un sous-groupe des streptocoques fécaux. Ils sont en général rejetés dans les fèces de l'homme et d'autres animaux à sang chaud. On les trouve en grande quantité dans les eaux usées et les environnements aquatiques pollués par les eaux usées ou les déchets humains et animaux. C'est pourquoi le groupe cocci est utilisé comme un indice de la pollution fécale. En général, la quantité d'entérocoques intestinaux trouvés dans les fèces humaines est considérablement moins élevée que celle d'E. coli, mais ils ont tendance à survivre plus longtemps que ce dernier dans les milieux aquatiques.

Le classement s'effectue selon les règles d'évaluation indiquées dans le tableau N°1. Les recommandations de 1991 servent de base pour le classement d'E. coli. Pour celui des entérocoques intestinaux, on recourt aux expériences acquises à ce jour en Suisse et à l'étranger.

TableauEauSuisse.JPGTableau N° 1 : Classement suisse de la qualité de l'eau de baignade


 

Les échantillons sont prélevés à intervalles réguliers tout au long de la saison balnéaire. Pour les sites de baignade AEE, il ne peut pas y avoir moins de quatre prélèvements par saison. Le calendrier des mesures doit être fixé sommairement avant la saison (p. ex. une mesure d'avant-saison le 15 mai, puis le 15 juin, le 15 juillet et le 15 août). Ensuite, des adaptations à court terme (p. ex. liées aux conditions météorologiques) sont possibles. Si une pollution à court terme est constatée lors d'un prélèvement ou si l'on est en présence d'une situation anormale, les échantillons en question ne sont pas inclus au jeu de données pour l'évaluation de la qualité de l'eau de baignade mais sont remplacés par un nouveau prélèvement (contrôle ultérieur) après la fin de l'incident.

En cas d'évaluation négatives de la qualité de l'eau et en fonction de la gravité de l'incident, les communes doivent prendre des mesures, afin d'assurer la sécurité des baigneurs. Cela peut aller à une information avec des recommandations spécifiques à une interdiction de la baignade.

Par principe de précaution sur la carte mise en ligne par le SCAV, les lieux où il y a des rejets d'eau traitées par les STEPs, ainsi que les embouchures de l'Areuse et du Seyon sont systématiquement mis en D. Même si ce ne sont pas des lieux de baignades, ils sont mis en évidence, vu les risques liés à la qualité de l'eau pour la santé publique.

Ci-dessous, les valeurs des analyses microbiologiques effectuées en 2023 (quatre mesures pour les sites AEE et deux pour les autres) pour les lieux de baignade neuchâtelois :


Évaluation de la qualité de l'eau


 

La qualité de l'eau est jugée selon les "recommandations concernant l'analyse et l'évaluation de la qualité des eaux de baignade" de l'Office fédéral de la santé publique et de l'Office fédéral de l'environnement, établies sur la base de la directive européenne 2006/7/CE.

www.bafu.admin.ch/bafu/fr/home/themes/eaux/publications/publications-eaux/evaluation-eaux-baignade.html

Dermatite du baigneur ("pou de canard")

Lors de fortes chaleurs (température de l'eau supérieure à 20°C) dans des eaux peu profondes riches en végétation , il y a un risque d'apparition de la "dermatite du baigneur" .

Cette dermatite est due à une larve d'un parasite des oiseaux aquatiques (couramment appelé "pou du canard") et provoque une réaction bénigne. Afin d'éviter ce type de dermatite, il est recommandé de se doucher après le bain et de s'essuyer énergiquement.

Si malheureusement, la larve pénètre dans votre peau et ne veut plus vous quitter, vous ressentirez les symptômes suivants : dans un délai de 10 à 24 heures, apparition d'une éruption erythémateuse et oedémateuse de 3 à 8 mm de diamètre puis, à partir de 72 heures, l'éruption cède la place à d'épaisses papules qui disparaissent sans laisser de trace après 10 à 20 jours. Il faut absolument éviter de se gratter pour éviter des infections bactériennes secondaires et ...souffrir en silence !

Cyanobactéries («algues bleues»)

Les cyanobactéries sont un élément naturel qui peut fortement proliférer en cas de fortes chaleurs, en particulier dans les eaux stagnantes et peu profondes. Les risques pour la santé humaine sont limités, mais afin de profiter de nos plages sans risque, quelques précautions sont à prendre si l'on observe des amas flottant à la surface de l'eau :

  • éviter d'avaler l'eau;
  • bien se doucher après la baignade et se sécher soigneusement;
  • ne pas se baigner dans les zones recouvertes d'un tapis d'algues;
  • surveiller les jeunes enfants afin qu'ils ne boivent pas l'eau du lac et qu'ils ne portent pas à leur bouche des galets de plages par exemple.

Pour les animaux domestiques, notamment les chiens, les cyanobactéries sont clairement dangereuses et peuvent conduire au décès de l'animal qui en aurait ingérées. Dès lors, en cas d'épisode de chaleur et dans les eaux stagnantes, il est fortement recommandé de ne pas laisser les animaux se baigner ou s'abreuver.

Voici des observations d'efflorescences/blooms de cyanobactéries.

Cyanobactéries à l'embouchur de l'Areuse, été 2020

Embouchure de l'Areuse, été 2020

Cyanobactéries au Lac des Taillères en automne 2020

Lac des Taillères, automne 2020