La sylviculture à Neuchâtel

  La sylviculture applique des techniques fondés sur des bases scientifiques biologiques afin d'orienter le développement naturel des forêts et de guider leur évolution dans la direction souhaitée, au bon moment et de façon rationnelle, et finalement d'en conserver les forces productives naturelles et leur multifonctionnalité. Elle est, avec l'agriculture, un des seuls domaines de la production primaire qui fournisse des biens renouvelables et des services généraux à la société (d'après J.-C. Schütz, 1990). Dans le canton de Neuchâtel, trois opérations sylviculturales clés permettent d'arriver à ce résultat : le martelage, la coupe, et les soins à la jeune forêt. Le martelage Le martelage est l’opération  par laquelle le sylviculteur désigne et marque les arbres destinés à être coupés. Cette désignation doit être accomplie avec une attention soutenue, dans le respect des lois et des rythmes naturels de l'écosystème forestier. Avant de l'entreprendre, il est important de connaître très clairement les buts recherchés: dégagement de la recrue, sélection, différenciation, récolte, intervention sanitaire et de sécurité, ou bien tout cela à la fois. Dans ce dernier cas, c’est ce qu’on appelle une forêt jardinée et les forêts de Couvet ont été les premières dans le canton à être gérées selon ce principe. Lorsque la forêt dispose d’un plan de gestion, chaque division est visitée par la coupe dans un ordre qui est prévu puis consigné dans le plan annuel des travaux. En forêt publique, le martelage est animé par l'ingénieur forestier d'arrondissement, en étroite collaboration avec le forestier de cantonnement. Le directeur/trice des forêts représente le propriétaire. En forêt privée, le forestier de cantonnement, le propriétaire et/ou son représentant (gestionnaire, bureau privé...) sont présents lors du martelage. De la synergie et du dialogue au sein de cette équipe dépend la qualité du geste sylvicultural. Chacun apporte son concours et ses observations complémentaires en vue de soutenir les nombreuses décisions qui engagent souvent le moyen et long terme de notre cadre de vie.   Les coupes de bois Sans récolte régulière de bois, les fondements de la multifonctionnalité forestière ne sont pas garantis. Les coupes normales représentent l'outil principal qui permet aux propriétaires et aux sylviculteurs de façonner des forêts utiles à la société. Les interventions régulières, diffuses et décentralisées, visant à récolter l'accroissement ligneux en respectant le milieu naturel, amènent toute une gamme de prestations et de produits et maintiennent conjointement la vitalité et la diversité de nos forêts. Dans les forêts publiques de notre canton, chaque division forestière est, en principe, visitée une fois par décennie par la coupe principale. Annuellement, cette récolte diffuse s'opère sur 250 à 300 chantiers différents.   Les soins à la jeune forêt Le but premier des soins à la jeune forêt est de concentrer l’énergie et les ressources de la nature sur les tiges les plus prometteuses et de les éduquer en utilisant l'effet bénéfique des accompagnants. Un autre but important des soins à la jeune forêt est de créer des peuplements diversifiés, hétérogènes, mélangés, riches en structures et en microcontextes. Les tiges d’avenir sont désignées par la technique du ruban, c’est pourquoi vous pouvez voir de temps à autre des arbres autour desquels des rubans sont noués.
téléchargements  Principes sylviculturaux à Neuchâtel (version 2016) La méthode du contrôle par H. Biolley, 1897