Plan climat cantonal

Un engagement fort pour les générations futures 

La politique climatique neuchâteloise franchit aujourd'hui un cap important avec l'adoption du Plan climat cantonal par le Conseil d'État. Formé de 52 nouvelles mesures, il représente un engagement financier de 55 millions de francs pour la période 2022 – 2027, soit la première étape de sa mise en oeuvre. Le Plan climat doit amener le canton à atteindre la neutralité carbone à l'échelle territoriale en 2050, tout en préservant la qualité de vie des Neuchâteloises et Neuchâtelois. À ces fins, le Conseil d'État renforce ses objectifs énergétiques et climatiques dans la loi.

Le Plan climat neuchâtelois 2022 – 2027 constitue la première étape d'une transformation qui se déroulera sur trois décennies. Il donne des impulsions indispensables pour accélérer la dynamique du développement durable dans le canton. 

Suite à sa mise en consultation au printemps 2021, des compléments et des adaptations ont été apportés afin d'enrichir le projet. La gouvernance et le financement prévus pour la mise en œuvre y sont consolidés. Le plan d'actions a également été renforcé, en particulier avec trois nouvelles mesures. Le Plan climat est maintenant transmis au Grand Conseil afin qu'il se détermine sur le crédit d'engagement complémentaire de 22,1 millions de francs nécessaire pour permettre sa concrétisation.

Neutralité carbone territoriale à l'horizon 2050

S'alignant sur la stratégie fédérale du « zéro émission nette », le Conseil d'État fixe un objectif de neutralité carbone territoriale à l'horizon 2050. Actuellement situées à quelque 5,2 tonnes par habitant-e (8,6 tonnes en incluant la raffinerie et la cimenterie), les émissions cantonales de gaz à effet de serre devront être réduites d'ici à 2050 pour atteindre un plafond de 1 tonne par habitant-e, conformément au but visé par la Société à 2000 watts. Le solde devra être neutralisé dans des puits de carbone ou via des projets de protection climatique. La Loi cantonale sur l'énergie (LCEn) sera adaptée, en vue de renforcer les objectifs énergétiques et climatiques cantonaux.

Une impulsion supplémentaire en faveur de la protection du climat

Au-delà des quelque 80 mesures déjà en déploiement, le Conseil d'État veut donner une impulsion forte à l'action climatique. Dans ce but, le Plan climat propose une série de 52 nouvelles mesures couvrant notamment les domaines du bâtiment, de la mobilité, de la production d'énergies renouvelables, de l'agriculture et de la sylviculture. Parmi d'autres, les mesures suivantes méritent d'être soulignées : 

  • L'augmentation du taux d'assainissement des bâtiments (mesure R1) ;

  • Le soutien à la recherche et l'innovation dans le domaine de l'énergie des bâtiments (R3) ;

  • L'exploitation rapide du potentiel solaire des grands toits (R2) ;

  • Le déploiement de la mobilité électrique dans les transports publics urbains (R7) ;

  • L'exploitation du potentiel de captation du CO2 dans les sols agricoles (R23) ;

  • Le renforcement de la production de biogaz (R13) ;

  • L'augmentation des capacités d'adduction en eau dans les zones rurales (A8) ;

  • L'adaptation de la cartographie des dangers naturels et le développement d'une gestion basée sur les risques (A12) ;

  • La revitalisation et la création d'un réseau de biotopes humides (A20) ;

  • L'adaptation de la sylviculture pour garantir la multifonctionnalité des milieux forestiers (A15);

  • L'encouragement aux maîtres d'ouvrage à construire en bois (R24) ;

  • L'orientation des investissements publics vers plus de durabilité (R26).

Des mesures transversales sont également prévues pour l'accompagnement au changement de notre société, par exemple en valorisant la mobilisation des jeunes (T3).

Pour une mise en œuvre rapide, cohérente et efficace, le Conseil d'État a planifié les coûts et les sources de financement existantes pour les différentes mesures. Le coût global du Plan climat se situe à quelque 55 millions de francs entre 2022 et 2027, dont 33 millions bénéficient déjà d'une validation. Il sollicite ainsi un crédit d'engagement de 22,1 millions de francs pour couvrir les coûts résiduels. Le financement sera assuré par la réserve relative aux investissements futurs en faveur du développement durable, dont les bases légales seront adaptées cette année encore.

Renforcement de la coordination intersectorielle

Le Plan climat sera un instrument de planification qui renforcera la coordination entre les différentes politiques sectorielles. Afin de coordonner sa mise en œuvre, un poste de délégué-e développement durable et climat sera créé. Ce poste permettra de bénéficier des synergies entre les deux projets hautement transversaux que sont le Plan climat et la stratégie cantonale pour le développement durable.

Le nouveau Conseil consultatif pour le climat permettra d'accompagner l'administration cantonale dans ses réflexions. Enfin, pour garantir l'atteinte des objectifs climatiques cantonaux, un monitorage des mesures sera mis en place et un rapport quinquennal publié.