Commentaire trimestriel

Reprise et incertitudes structurelles

Mai 2021 - Olivier Crevoisier - Professeur d’économie territoriale - Université de Neuchâtel

--------------------------------------------------------------------------------

International et national

La situation internationale reste extraordinairement difficile à déchiffrer. La période se caractérise par des incertitudes à court terme, liées pour l’essentiel à la crise sanitaire liée au Covid, et par des interrogations importantes concernant le fonctionnement plus général de l’économie. L’augmentation des dettes dans un contexte de taux d’intérêt extrêmement bas provoque une hausse marquée des cours boursiers. Du côté des taux d’intérêts, les anticipations inflationnistes sont contrecarrées par des liquidités toujours abondantes. L’augmentation des dettes et des cours induit la crainte d’événements disruptifs. Les marchés des matières premières connaissent une hausse soutenue. Du côté de l’économie réelle, certaines branches connaissent une hausse marquée de la demande, avec des pénuries sur certains biens ou composants industriels. Globalement, la production industrielle résiste bien, de même que les services intensifs en connaissance (conseil, marketing, communication, formation, etc.) qui ont pu se maintenir par le télétravail. C’est bien du côté de l’économie dite présentielle (restauration, commerces, événementiel, etc.) que les activités ont chuté, précisément parce que ces activités nécessitent la présence physique des consommateurs et qu’elles ont fait l’objet des mesures de distanciation. Ces différences dans la demande et l’utilisation des capacités de production entre secteurs compliquent la donne. La période reste chahutée.

Tous les prévisionnistes s’interrogent sur le rythme et la forme que pourrait prendre la reprise. Certains la voient rapide, la demande pour les services présentiels n’attend que la levée des mesures sanitaires, et l’offre peut se réactiver rapidement, rejoignant ainsi le chemin de croissance d’avant la crise. D’autres soulignent que des campagnes de vaccination connaissent des perturbations, que des reconfinements sont encore possibles, ou des ralentissements d’activité comme en Inde, tout cela pouvant affecter la demande globale. Le nouveau plan de relance américain, de 1900 milliards de dollars, qui octroie des moyens directement aux ménages, devrait renforcer rapidement la consommation.
La donne est encore compliquée du fait que ces incertitudes à court terme induisent probablement des changements structurels qui se déploieront à plus long terme. La hausse continuelle depuis des décennies de la mobilité des consommateurs et des services liés (aviation, événementiel, tourisme d’affaire, etc.) va-t-elle repartir, ou cet élan est-il brisé ? A quel niveau les immeubles de bureau se rempliront-ils après la crise ? Combien de PME atteignent-elles actuellement leur seuil d’insolvabilité ? Quels seront les effets à plus long terme de la baisse de l’embauche des jeunes sortant du système de formation ? L’avenir, même à court terme, n’est décidément pas facile à décrypter.

-------------------------------------------------------------------------------- 

Neuchâtel

Bonne nouvelle : les exportations horlogères suisses se sont largement rétablies, avec 37,2 % d’augmentation par rapport à mars 2020. La Fédération de l’industrie horlogère souligne toutefois qu’il s’agit d’une compensation partielle des manques à gagner de l’année dernière, ce que semble confirmer la baisse rapide des stocks de produits finis.

L’indice de la marche des affaires montre que les entreprises neuchâteloises sont optimistes quant aux mois à venir. En ce qui concerne les flux réels, les entrées de commande dans l’industrie sont clairement en hausse d’après l’enquête du KOF. Comme toujours, la remontée des activités industrielles semble plus rapide dans le canton de Neuchâtel qu’en moyenne nationale. La tendance est donc très positive pour les mois à venir. A priori, seules les incertitudes sanitaires pourraient contrecarrer cette reprise.

Du côté de l’emploi, on note une légère amélioration au cours des derniers mois, mais la situation reste difficile (-1,33 % sur un an, avec un nombre significatif de RHT). Autre bonne nouvelle : le nombre de jeunes au chômage est en diminution (-21 % depuis le début de l’année) alors que les embauches et les stages ont été fortement entravés au cours de l’année 2020. Les places vacantes annoncées sont aussi plus nombreuses.

Sur le plan régional, les activités présentielles sont susceptibles de repartir très rapidement dès que certaines restrictions seront levées. Ces services représentent une masse d’emplois importante. Ils jouent un rôle central dans la circulation des revenus dans la région et le bien-être de la population. Dans un contexte de faible circulation internationale des consommateurs et de prédominance d’un tourisme de proximité, Neuchâtel est en position de profiter également de cette reprise, du côté des revenus, mais aussi de la qualité de vie de la population.