Connexion
Site officiel

Service de la consommation et des affaires vétérinaires

Actualités

  
  • 17.03.2015

    Contrôle des denrées alimentaires en 2014 : un quart de non-conformités

    1832 analyses et inspections dans le domaine des denrées alimentaires ont été effectuées. Dans 1391 cas (76%), les produits ou activités étaient conformes au droit. Des décisions de mises en conformité ont été rendues dans 441 cas (24%), assorties 227 fois d'une amende. Une intoxication de 15 personnes par staphylococcus aureus a été causée par un lot de fromages au lait cru fortement contaminés; les produits ont été éliminés chez le fabricant et le revendeur. A 65 reprises, de la marchandise avariée ou hors date limite de consommation a été éliminée, pour un total de 301 kg.


    Sur 902 inspections d'entreprises qui traitent des denrées alimentaires et objets usuels, 148 ont révélé des infractions. La collaboration intercantonale romande a permis d'organiser 46 campagnes d'analyses. Le SCAV a prélevé 539 échantillons dont il en a analysé 308. S'y ajoutent 310 échantillons prélevés dans les autres cantons et analysés par le SCAV. On peut notamment relever que 16% des cosmétiques analysés contenaient des allergènes non déclarés. Dans 13% des poissons et fruits de mer, de l'eau ajoutée n'était pas déclarée. La viande hachée contenait dans 15% des cas des espèces non déclarées. Pour 23% des poissons l'espèce n'était pas déclarée correctement. La présence de cœur, d'épices, d'allergène ou d'isolat protéique non déclarés a été constatée dans 32% des cervelas. Sur 8 encres de tatouage, 5 contenaient des substances interdites. Enfin, 27% des échantillons prélevés dans le commerce et la restauration enfreignaient les normes microbiologiques.

  • 23.01.2015

    Transport réfrigéré de denrées alimentaires : 19% de conditions insatisfaisantes

    L’Association des chimistes cantonaux de Suisse (ACCS) a réalisé l’an dernier une grande campagne de contrôles en collaboration avec la police. Près de 900 véhicules de transport de denrées alimentaires, particulièrement des véhicules réfrigérants, ont été contrôlés dans ce cadre. Peu d’irrégularités ont été constatées sur les gros véhicules de transport international de denrées à l’état réfrigéré ou surgelé. En revanche, il reste beaucoup à faire dans les véhicules de transport local. Dans 17% des cas, les véhicules affichaient des températures de conservation des denrées supérieures de 3 degrés au moins aux normes légales ou aux températures prescrites par le producteur.

  • 19.12.2014

    Mesures d'hygiène simples pour prévenir les risques de gastroentérites

    ​La période des Fêtes de fin d'année coïncide souvent avec une recrudescence de cas de gastroentérites à Campylobacter. Une étude a montré le lien entre l'augmentation hivernale de ces infections et la consommation de fondue à la viande, notamment la fondue chinoise. Le risque de contamination par cette bactérie est augmenté par l'utilisation de viande de volaille fraîche. Les Services de la santé publique (SCSP) et de la consommation et des affaires vétérinaires (SCAV) tiennent à rappeler quelques mesures simples d'hygiène alimentaire afin de réduire le risque de ces infections.

    La fondue à la viande et la charbonnade sont des mets très appréciés lors des Fêtes de fin d'année. Pour qu'un repas en famille ou entre amis ne laisse pas un goût amer avec la survenue subséquente d'une gastroentérite, une bonne manipulation de la viande fraîche, en particulier de volaille, permet d'éviter bien des désagréments.

    Causée par une bactérie portant le nom de Campylobacter, la campylobactériose ou gastroentérite est la maladie diarrhéique d'origine alimentaire la plus répandue en Suisse.  La bactérie Campylobacter est présente dans l'intestin des volailles et d'autres animaux de rente. Elle peut se retrouver sur la viande lors de l'abattage et occasionner alors une gastroentérite chez l'homme en cas de consommation de viande crue ou de mauvaises manipulations de celle-ci lors de la préparation d'un repas. Les symptômes de la maladie surviennent deux à cinq jours après l'infection et comprennent des diarrhées sévères, des douleurs abdominales, des malaises, de la fièvre, voire des vomissements.

    Des mesures simples d'hygiène alimentaire permettent de limiter considérablement le risque d'infection. Il faut éviter la consommation de viande crue ou insuffisamment cuite et ceci prévaut particulièrement pour la viande de volaille qui est davantage sujette à une contamination par Campylobacter.

    Lors de fondue chinoise ou de charbonnade, la viande crue ne doit à aucun moment entrer en contact avec la viande cuite et les accompagnements (salades, sauces, etc…). La viande crue doit être disposée sur une assiette à part. L'utilisation de viande congelée peut considérablement limiter le risque, mais sans l'exclure totalement. Seule une cuisson suffisante de la viande détruit les germes et la viande de volaille doit absolument être bien cuite. Il est en outre recommandé de bien désinfecter les ustensiles de cuisine et les surfaces potentiellement contaminées (planche à découper) et de se laver régulièrement les mains avec du savon lors de la préparation des mets.

    Informations détaillées sur les infections à Campylobacter et leur prévention en lien sur le site Internet de l'Etat de Neuchâtel www.ne.ch/campylo et sur ceux de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) et de l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV)

  • 13.10.2014

    Hygiène toujours insuffisante dans plusieurs stands de la Fête des Vendanges

    L'hygiène de nombreux stands de la Fête des Vendanges reste déficiente. Cette année à nouveau, les contrôleurs du SCAV ont dû ordonner sur place la correction de nombreux défauts d'équipement ou de gestion des denrées. Une amélioration a toutefois été observée dans les stands contrôlés en 2013 et recontrôlés cette année. Une campagne d'analyses d'échantillons a révélé un dépassement des normes microbiologiques dans 5 cas sur 11. Des staphylocoques (germes pathogènes) étaient présents à hauteur de 370 fois la valeur de tolérance dans un plat de lentilles. Des entérobactériacées, indicateurs de contamination fécale, jusqu'à 490 fois la tolérance, ont été trouvés dans trois mets. Des germes aérobies mésophiles en excès trahissaient une altération de la denrée dans un dernier cas. Ces infractions au droit alimentaire seront sanctionnées d'une amende.

Nos missions

  • Nous protégeons les consommateurs contre les risques pour leur santé et contre la tromperie,

  • Nous protégeons les animaux, nous veillons à leur bien-être et à leur santé,

  • Nous protégeons les entreprises contre la concurrence déloyale,

  • Nous percevons des redevances dans le domaine commercial,

  • Nous protégeons la population contre les risques liés aux chiens dangereux.

Musée des horreurs

Si vous avez le cœur bien accroché, vous pouvez voir dans le "musée des horreurs" quelques exemples de cas qui ont nécessité notre intervention.

 

Nos objectifs en 2015

  • Réformer la police du commerce,

  • Réaliser la gestion électronique des documents (GED),

  • Renforcer la collaboration intercantonale romande pour renforcer le SCAV,

  • Réorganiser les contrôles en agriculture.

     

Coordonnées

 
   

Service de la consommation et des affaires vétérinaires

Rue Jehanne-de-Hochberg 5
2000 Neuchâtel
> Plan d'accès
032 889 68 30
032 889 62 74

Pierre-François Gobat

Chef de service et vétérinaire cantonal

    PIERRE BONHÔTE
       
Chimiste cantonal et chef
        de la police du commerce