UNESCO et traditions vivantes

 

La convention sur le patrimoine culturel immatériel (PCI)

L'UNESCO a élaboré une convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI). En 2008, la Confédération y a adhéré. Elle s'est engagée à élaborer un inventaire national de ses traditions vivantes. Selon le principe du fédéralisme, l'Office fédéral de la culture s'est adressé aux cantons pour leur demander d'établir une liste des "objets" ou "traditions" qu'ils souhaitaient voir inscrits à l'inventaire national.
 
Ces traditions, comme toutes celles qui sont répertoriées sur la liste, présentent les caractéristiques suivantes :
  • Elles sont pratiquées ici et maintenant en Suisse.
  • Elles sont constitutives de notre identité et de notre diversité culturelle.
  • Elles évoluent et se réinventent continuellement.
Les traditions vivantes forment ce qu'on appelle le patrimoine culturel immatériel. Elles établissent des ponts entre les générations et favorisent les échanges. Pour prendre un exemple, le Zibelimärit, le traditionnel marché aux oignons de Berne, est un rendez-vous festif qui réunit chaque année jeunes et anciens, citadins et villageois, Suisses de souche et immigrés.