Hôpital neuchâtelois

Depuis le 1er janvier 2006, le partenaire principal de l’État en matière de prise en charge hospitalière somatique est l’Hôpital neuchâtelois (HNE) comme le prévoit la loi sur l'Hôpital neuchâtelois (LHNE), du 1er novembre 2016.

L’HNE, qui est un établissement de droit public, déploie ses activités sur plusieurs sites répartis sur le territoire cantonal, à savoir les sites:

  • pour les soins aigus:
    • site de Pourtalès (Neuchâtel): hospitalisations et consultations, y compris urgences;
    • site de la Chaux-de-Fonds: hospitalisations et consultations, y compris urgences;
    • site du Val-de-Travers (Couvet); consultations et permanence.
  • pour la réadaptation:
    • site du Locle;
    • site du Val-de-Ruz (Landeyeux).
  • pour les soins palliatifs:
    • site de la Chrysalide (Chaux-de-Fonds).

Comme seules les grandes lignes de l’organisation de l’HNE sont inscrites dans la LHNE, l’institution dispose d’une autonomie de décision et de gestion lui permettant de réaliser le mandat qui lui est confié.

Les organes dirigeants de l’HNE sont le Conseil d’administration et le Comité de direction. L’État reste cependant maître de la politique hospitalière qu’il entend mener dans le canton et des moyens qu’il consacre aux activités hospitalières. 

Le 12 février 2017, le peuple neuchâtelois a accepté en votation populaire l'initiative "Pour deux hôpitaux sûrs, autonomes et complémentaires" qui prévoit ceci:

Le canton de Neuchâtel assure la présence d'un site hospitalier de soins aigus, associé à un CTR, dans chacune des deux agglomérations du canton (Littoral et Montagnes). Chacun des sites est autonome d'un point du vue financier, décisionnel (direction et Conseil d'administration) et stratégique (ouverture régionale). Ces hôpitaux travaillent en synergie, mais comprennent au minimum: des urgences médico-chirurgicales 24h/24, un service de médecine avec soins intensifs (ou au minimum soins continus), un service de chirurgie, des blocs opératoires ouverts 24h/24 et une équipe d'anesthésie disponible en permanence. l'État veille à ce que chaque établissement dispose de moyens financiers suffisants permettant de maintenir un budget équilibré.

Les travaux menés actuellement visent à la mise en œuvre de cette initiative.