Élevage de poissons

​Quel est le but de l'élevage des poissons ?

Pallier si nécessaire aux mauvaises conditions de la reproduction naturelle: lieux de frai détruits, notamment par des crues qui emportent tout, assèchement des zones de frai, empoisonnement accidentel d'un cours d'eau...
 
Repeupler des tronçons devenus inatteignables pour les poissons qui remontent les cours d'eau pour se reproduire (barrages, chutes infranchissables...). Le plan d'alevinage doit être adapté d'année en année en fonction des observations des pisciculteurs et des manques détectés dans les cours d'eau.
 

Quels sont les poissons élevés actuellement ?

  • La truite de rivière et la truite du lac
  • Les corégones (palées et bondelles)
  • L'omble chevalier
  • Le brochet.
 

La vie des poissons d'élevage:

Truite de rivière:

Les géniteurs sont pêchés dans l'Areuse au moment où ils se déplacent vers l'amont, sur les lieux de frai. Les ovules et la laitance sont prélevés et mélangés, puis les poissons sont relâchés dans la rivière.
 
Les œufs fécondés sont mis en incubation à la pisciculture, dans des bacs où ils sont oxygénés par un passage d'eau courante et soigneusement contrôlés: tous les œufs non fécondés ou morts doivent être éliminés afin d'éviter la transmission de maladies.
 
Après leur naissance, les alevins sont encore gardés en élevage dans des bassins circulaires, et nourris quelques temps. Ils sont ensuite relâchés dans les différents cours d'eau du canton, à différents stades de leur développement: alevins, puis préestivaux, voire estivaux.
 
Grâce à un système de refroidissement de l'eau, le développement des œufs est retardé. Les alevins naissent donc plus tard, à un moment plus favorable pour eux, où la nourriture est devenue abondante. En effet, au moment où ils sont remis dans la nature, ils se nourrissent des micro-organismes vivant dans les cours d'eau.
 

Truite du lac:

Comme leurs cousins les saumons, les truites du lac remontent les rivières pour aller frayer dans le cours d'eau où elles sont nées.
Les géniteurs sont capturés lors de leur remontée dans l'Areuse, au moment où ils passent par la pêcherie de Cortaillod pour contourner la chute. Ils sont relâchés après la récolte des ovules et de la laitance.
Les œufs fécondés sont mis en incubation à la pisciculture comme pour les truites de rivière.
Le moment venu, ils sont lâchés dans les affluents du lac ou dans le lac.
 
 
 

Corégones:

Lors de pêches spéciales, les palées en décembre, puis les bondelles en janvier sont récoltées par les pêcheurs professionnels. Les ovules et la laitance sont récupérés avant que les poissons ne soient préparés pour la vente.
Les œufs fécondés sont mis dans des vases en incubation. Ils  sont oxygénés par un système d'eau courante qui traverse le vase. Pour eux aussi, l'eau passe par un refroidisseur pour retarder leur développement.
 
Cette technique revêt une importance particulière dans la mesure où les corégones sont strictement planctivores. En effet, tôt dans l'année, le plancton est encore rare, d'où l'intérêt de retarder le développement des corégones. À leur naissance, les petits corégones sont lâchés directement dans le lac.
 

Omble chevalier:

Les ombles chevalier sont récupérés dans les filets des pêcheurs professionnels lors de pêche spéciales, tout comme les corégones. Le pisciculteur se rend chez le pêcheur pour frayer les poissons et récupérer les œufs. Leur mode d'élevage par contre s'apparente à celui des truites et les alevins sont remis au lac dès leur éclosion.
 

Brochet:

Les brochets également sont capturés par les pêcheurs professionnels et frayés par le pisciculteur. Ils sont ensuite incubés dans les petits vases, du même type que ceux utilisés pour les corégones. Ils sont remis à l'eau (lacs de Neuchâtel et des Taillères) dès l'éclosion des œufs pour que les petits alevins puissent se crocher à la végétation et poursuivre leur développement.