3 Énergies

​Tant la production que la consommation d’énergie ont de fortes incidences spatiales. La présente fiche thématique rend compte de la consommation globale d’énergie finale par agent énergétique dans le canton, de cette même consommation calculée par habitant et de la production d’énergies renouvelables. Elle calcule ensuite la part de cette dernière par rapport à la consommation globale d’énergie finale.

Enjeu

Pour couvrir ses besoins énergétiques, le canton utilise environ 80% d’énergies non renouvelables (pétrole, gaz naturel, charbon, uranium). Les objectifs de la «société à 2000 watts» impliquent un renversement des proportions actuelles: au moins 75% des besoins devraient être couverts par des énergies renouvelables et au maximum 25% par des énergies non renouvelables. De plus, le niveau absolu de la consommation globale d’énergie primaire doit être divisé par trois. Deux moyens permettent d’y parvenir: produire davantage d’énergies renouvelables (en utilisant mieux les ressources énergétiques du canton) et consommer globalement moins d’énergie (en créant et en utilisant des produits moins énergivores).

Faits et chiffres

La consommation annuelle d'énergie finale par habitant a baissé de 5,1% au cours des deux dernières décennies, passant de 28’644 kWh en 1990 à 27’181 kWh en 2012. La production d’énergies renouvelables dans le canton s’est élevée à 494 GWh en 2012, ce qui correspond à 10,4% de la consommation d’énergie finale. Dans le mix de consommation neuchâtelois, les énergies renouvelables – y compris celles produites en dehors du canton, notamment l’hydroélectricité – représentent environ 20% de toute l’énergie finale consommée.  
3_Graphique_fiche_brève_5.png
Consommation d’énergie finale par habitant (kWh/hab.) et part des énergies renouvelables cantonales (%).Sources : Service de l’énergie et de l’environnement (SENE), statistiques de l’énergie du canton de Neuchâtel (2012) ; Office fédéral de la statistique (OFS), statistiques de la population STATPOP

Interprétation

La consommation d’énergie finale totale et par habitant tend à se stabiliser. Cette évolution est due à la maîtrise de la consommation dans les domaines de la mobilité et du chauffage des bâtiments. Toutefois, l'évolution de la consommation d'électricité semble plus difficile à stabiliser. Bien que l’accroissement de la part des énergies renouvelables soit lent, il montre que la politique énergétique fédérale et cantonale est sur la bonne voie. Des efforts supplémentaires devront être consentis pour tendre vers la société à 2000 watts à l'horizon 2050.

 

Pour en savoir plus

 
 

Fiche détaillée du thème 3