Neuchâtel Mobilité 2030


 

Dimanche 28 février 2016, le peuple neuchâtelois, à près de 85%, a soutenu la stratégie de mobilité proposée par le canton. Grâce à ce vote sans équivoque, les Neuchâteloises et les Neuchâtelois envoient un message clair à Berne. Ils offrent ainsi à notre canton et à nos parlementaires fédéraux un instrument de conviction fort pour défendre les intérêts cantonaux sous la Coupole.

"Penser la mobilité dans sa globalité à l'horizon 2030 pour le canton de Neuchâtel". Tirés du rapport du Conseil d'Etat au Grand Conseil, ces mots sont les premiers de la stratégie cantonale en matière de mobilité soutenue par le gouvernement. Intitulée "Neuchâtel Mobilité 2030", elle vise le rassemblement des régions et des agglomérations du canton tout en concrétisant la complémentarité des modes de transports qu'elle décline au travers de quatre piliers:

·        Le RER neuchâtelois

·        Les routes nationales

·        Les routes cantonales

·        La mobilité douce

Inscrite dans la durée et planifiée sur les vingt prochaines années, cette stratégie concerne l'ensemble du territoire neuchâtelois pour lequel les attentes en matière d'organisation et de développement sont grandes. Plusieurs projets concrets viennent ainsi constituer les quatre piliers afin de renforcer l'attractivité du canton et de favoriser son développement économique et démographique. Parmi les principaux, citons la ligne ferroviaire directe entre La Chaux-de-Fonds et Neuchâtel, la jonction ferroviaire Bôle-Corcelles, les contournements autoroutiers du Locle et de La Chaux-de-Fonds, la restauration des routes cantonales ou encore la RC1310 entre La Sagne et Les Ponts-de-Martel. En matière de mobilité douce, il s'agit de favoriser sa culture et de développer les infrastructures d'importance cantonale.

 

    

La stratégie de mobilité du Conseil d'Etat doit concrétiser la perception d'un territoire unique soutenue dans le programme de législature "Un canton, un espace" et intégrer ce dernier dans des espaces plus vastes.

Il s'agit ici d'une vision ambitieuse qui demandera des efforts considérables. A ce titre, la planification s'appuie sur les nouveaux mécanismes financiers fédéraux (FAIF et FORTA) pour garantir une part substantielle de la stratégie de mobilité.

Le Conseil d'Etat est convaincu que grâce à une mobilité efficace, notre canton parviendra à se rassembler, à rationaliser ses structures et à se réformer de l'intérieur pour rayonner vers l'extérieur avec comme moteur la concrétisation d'un espace unique.